Depuis 50 ans

Promoteur depuis plus de 50 ans

Une vocation : promoteur depuis plus de 50 ans


Depuis 1963, Cogedim a réalisé plus de 45 000 logements. Certains immeubles ont marqué l’histoire de l’immobilier français. Au fil des années, la qualité, l’innovation et l’engagement environnemental sont devenus la signature de l’entreprise.

1963 : naissance de Cogedim

A cette époque, l’activité immobilière est en plein essor. Pour répondre aux besoins en logements de standing, la direction immobilière de la Banque de Paris et des Pays-Bas créent une société de promotion immobilière : la Compagnie Générale de Développement Immobilier, Cogedim.
Dès le début, l’entreprise a la volonté de se démarquer en recherchant des emplacements constructibles privilégiés.

1963 >1973 : le temps des défis architecturaux

Cogedim a 10 ans. En peu de temps, la société immobilière a imposé son ADN : innovation et qualité architecturale, souci de l’environnement et intégration au site, confort et bien-être.
Elle construit des logements, bureaux, locaux industriels et commerciaux, des résidences principales et secondaires partout en France. Par leur situation, leur taille, leur originalité, plusieurs opérations marquent cette époque.

En Ile de France :

  • le Grand Pavois dans le XVe arrondissement de Paris - exceptionnel par sa taille. Il s’articule en deux bâtiments s’entrecroisant ;
  • le Quartier de l’Horloge face au Centre Pompidou, avec des appartements de grande, moyenne ou petite taille (conçu pour une grande mixité) ;
  • Manhattan, un des immeubles de bureaux les plus connus du quartier de la Défense ;
  • L’’îlot Saint-Martin, dans le quartier des Halles. Cogedim est choisi pour rénover une des zones les plus « désuètes » de Paris. Sa mission : créer un nouveau quartier agréable à vivre

En région :

  • la Daille, un nouveau quartier de Val d’Isère : son architecture s’inspire des montagnes ; elle est aujourd’hui inscrite à l’Inventaire général du patrimoine culturel ;
  • les Mas de Guerrevieille, face au Golfe de Saint-Tropez

En plus des logements, ces opérations prévoient des boutiques, hypermarchés, salles de cinéma, services, laveries, garderies d’enfants…  

1973 > 1983 : un constructeur d’anticipation

A cette époque, la conjoncture immobilière est difficile : les loyers sont bloqués et les crédits sont chers. Cogedim relève pourtant le défi en commercialisant plusieurs des grands immeubles lancés lors de la décennie précédente.

En 1976, Cogedim innove en concevant les Hespérides, sa première résidence service de standing pour les personnes âgées. Le succès est immédiat et contribue à la notoriété de la marque.
A Paris et en région, l’entreprise immobilière multiplie les projets en banlieue des grandes villes. La filiale Cogedim Nord est alors créée, en complément des filiales présentes à Marseille, Nice, Montpellier et Lyon. Elle répond à une activité régionale en forte augmentation.

1983 > 1993 : 30 ans de promotion immobilière

Cogedim restaure avec succès le vieux village de Val d’Isère. Rues piétonnes, placettes, arcades et boutiques de luxe redonnent un caractère prestigieux à la station, qui accueillera les Jeux Olympiques d’hiver de 1992.

En 1993, Cogedim fête ses 30 ans. Elle fait revivre des lieux ou des sites historiques, tels que la nouvelle Coupole à Montparnasse. Dans le même temps, elle élabore des projets à l’aura médiatique : Canal + lui confie la maîtrise d’ouvrage de son futur siège à Paris 15e, Quai André Citroën. Cogedim obtient également la maîtrise d’ouvrage déléguée de l’immeuble destiné à recevoir la Fondation Cartier, boulevard Raspail. L’architecte Jean Nouvel est désigné pour sa conception.

1993 > 2003 : Le succès en marche

Cogedim restaure et commercialise plusieurs immeubles de renom, dont les anciens locaux de TF1 et le Saint-Germain-des-Prés, une ancienne institution pour jeunes filles ayant accueilli Simone de Beauvoir.
Dans le Sud, elle met en vente le 77 La Croisette lors du festival de Cannes 1994. Les immeubles neufs sont alors rares sur la célèbre promenade. La commercialisation est un triomphe. En parallèle, les résidences Hespérides séduisent de plus en plus et se multiplient en province.

2003 > Aujourd’hui : Altarea Cogedim, un groupe ambitieux

En 2007, le groupe Altarea devient l’unique actionnaire de Cogedim et fonde le groupe Altarea Cogedim. L’entreprise poursuit la remise en valeur de sites historiques. En 2009, elle permet par exemple la renaissance d’un lieu mythique : la Salle Wagram, une grande salle de spectacle parisienne datant du Second Empire et classée monument historique. Altarea Cogedim démarre également l’aménagement de l’ancien hôpital Laennec, une rénovation somptueuse, et crée ainsi un nouveau « quartier de ville » au cœur de Paris.
En parallèle, elle se lance dans le défi de l’écologie et du développement durable. En 2009, elle  obtient la certification NF Logement démarche HQE® pour l’ensemble de ses logements.
Elle réalise également le quartier d’Atlantis Grand-Ouest à Massy avec les architectes C. et E. de Portzamparc. Le projet privilégie un urbanisme harmonieux, une élégance architecturale, un paysage soigné et des prestations élevées.
En région, l’expansion se poursuit avec la création de nouvelles filiales et l’ouverture de résidences services pour seniors actifs.